Une crise? Quelle crise?

Après le remaniement ministériel de juillet, le tout nouveau ministre canadien de l’immigration, Marc Miller, a répété à plusieurs reprises que son gouvernement n’envisageait pas de réduire les niveaux d’immigration malgré la crise du logement au Canada.

La concurrence pour le logement est si intense que les prix de l’immobilier ont doublé depuis l’arrivée au pouvoir de Justin Trudeau, le patron de M. Miller, en 2015. Les conséquences de cette crise sont ressenties par les personnes dont les espoirs de pouvoir un jour s’offrir un logement sont anéantis, par celles qui perdent leur logement actuel parce qu’elles ne peuvent plus faire face à l’augmentation des taux hypothécaires ou des loyers, et par celles qui se retrouvent sans abri.

La crise du logement et la pression qui s’ensuit pour bâtir, bâtir, bâtir, et remplir tous les coins et recoins avec plus de logements et plus d’habitants, est à l’origine de la volonté de placer des multiplex dans des quartiers riches en espaces verts zonés pour des maisons individuelles, de densifier davantage des quartiers que beaucoup considèrent déjà comme très denses, et de construire des tours dans tous les endroits possibles et imaginables. Des quartiers agréables à vivre avec beaucoup d’espace et d’arbres? Quel concept bourgeois!

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, est l’exemple type de la façon dont l’effort du gouvernement fédéral d’augmenter la population du Canada pour des raisons économiques bidon, tourne en dérision ce qui étaient autrefois des des lois sur le zonage, des processus décisionnels des conseils municipaux et des lois sur la protection de l’environnement. Comme nous l’avons déjà mentionné, le gouvernement de M. Ford s’est récemment lancé dans une orgie d’adoption de projets de loi visant à construire davantage de maisons et d’autoroutes, à contourner ou à abroger les lois destinées à protéger les terres agricoles et les zones naturelles, et à limiter le pouvoir des municipalités de s’opposer à la croissance galopante. Ce n’est pas de ma faute, affirme M. Ford, qui semble entretenir une relation assez intime avec M. Trudeau. Il accueille tous les nouveaux arrivants que Trudeau fait venir, dit Ford, mais beaucoup d’entre eux viennent en Ontario, et nous devons les placer quelque part.

Et quel meilleur endroit que la ceinture verte qui entoure la région du Grand Toronto (RGT)? Surtout si de grandes parties de cette ceinture appartiennent à ses amis, qui pourraient gagner des milliards grâce au rezonage de ces zones. Oh, oui, un peu de corruption pourrait également être impliquée.

Photo by Avel Chuklanov on Unsplash
 

Le gouvernement fédéral pourrait mettre un terme à la crise du logement, ou l’atténuer de manière significative, simplement en réduisant la demande pour cette offre limitée. Cela serait facilement réalisable en réduisant l’immigration – et le propre père de Justin Trudeau en a donné l’exemple. Au cours de la dernière année où Pierre Trudeau était premier ministre (1984), le Canada n’a accepté que 88 300 nouveaux arrivants, pour des raisons économiques et non idéologiques. Dans un pays qui croule déjà sous le poids de l’immigration de masse, le gouvernement de Justin Trudeau vise à accueillir 500 000 nouveaux arrivants d’ici 2025, mais il en accepte en réalité beaucoup plus. Le nombre total de nouveaux arrivants au Canada en 2022 était supérieur à un million. Faut-il s’étonner de la crise du logement ?

Pas mon cirque, pas mes singes

Pourtant, l’homme qui a créé cette situation catastrophique, le premier ministre Justin Trudeau, se lave les mains de toute responsabilité. « Je vais être franc, » dit-il, « le logement n’est pas en premier lieu une responsabilité fédérale. Ce n’est pas quelque chose dont nous sommes directement responsables, » comme si le fait d’augmenter la demande par le biais de l’immigration n’avait rien à voir avec le problème de l’offre auquel les provinces et les municipalités doivent faire face. « Mais, » ajoute-t-il avec un brin de noblesse, « c’est quelque chose que nous pouvons et devons aider. » C’est un peu comme si un pyromane versait des seaux d’eau sur le feu qu’il a allumé. (Il convient de noter que si Trudeau est le coupable évident de la création de cette crise, il devient de plus en plus difficile d’ignorer le rôle de l’Initiative du siècle et peut-être même d’organisations mondialistes de plus haut niveau dans l’orientation des politiques d’immigration du Canada. Mais cela fait l’objet d’autres articles, passés et futurs).

Le ministre de l’Immigration, Marc Miller, partage l’aversion de son patron pour la responsabilité de la crise du logement. Le 11 août, il a déclaré à la presse: « Si je devais changer de pays, je ne pense pas que j’attendrais du gouvernement hôte qu’il me fournisse une maison. »

Pourtant, alors qu’il abdique la responsabilité d’aider les nouveaux arrivants que son gouvernement a invités à faire face à la situation de logement impossible qu’il a créée, il semble, pour une raison ou une autre, tenir le gouvernement d’accueil pour responsable de tout problème de santé mentale que le nouvel arrivant pourrait avoir du fait d’avoir été séparé de sa famille élargie.

Selon le ministre, « Si les gens nous demandent de couper qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie-t-il que l’on coupe les travailleurs qualifiés dont nous avons besoin pour construire ces maisons? Couper le regroupement familial, qui peut avoir des effets dévastateurs sur la santé mentale et le bien-être des familles qui sont déjà ici? »

Mais attendez, l’ « immigration » n’est-elle pas, par définition, le choix de quitter son pays d’origine pour s’installer dans un autre? Pourquoi le pays d’accueil devrait-il être tenu responsable de l’anxiété que vous ressentez à l’idée d’être séparé d’une famille que vous avez vous-même choisi de quitter? Pour être clair, le regroupement familial auquel il est fait référence ici ne consiste pas à autoriser les conjoints et les enfants à charge à accompagner un demandeur, mais à faire venir les parents, les frères et sœurs, les cousins et d’autres membres de la famille élargie. Si la santé mentale du migrant est si fragile qu’il ne peut supporter le stress d’un déménagement dans un nouveau pays sans faire venir une grande partie de sa famille, ne serait-il pas préférable qu’il reste chez lui?

Photo by Nik Shuliahin on Unsplash
 

Comment le même gouvernement qui se préoccupe tant de la santé mentale des migrants séparés de leur famille élargie peut-il se dédouaner de sa responsabilité d’avoir mis en situation d’échec un si grand nombre d’entre eux dans la recherche d’un logement? Flash info: ne pas avoir d’endroit où vivre risque d’être très dur pour la santé mentale.

Culpabiliser les Canadiens qui mettent en doute les problèmes créés par le gouvernement

En ce qui concerne la santé mentale, il serait bon que M. Miller se penche sur le bien-être des travailleurs canadiens résidents et de leurs familles – ceux qui paient son salaire.  Quel est l’impact sur leur santé mentale du fait d’être évincés du marché du logement par les centaines de milliers, voire le million, d’immigrants qui arrivent chaque année ? Et si le gouvernement dépensait les 35 milliards de dollars (estimation 2014) qu’il consacre chaque année aux immigrants récents pour aider les résidents canadiens à accéder rapidement aux services de santé mentale, y compris les anciens combattants qui, selon M. Trudeau, demandent plus que ce que son gouvernement peut leur donner?

Marc Miller déclare: « Nous devons abandonner l’idée que les immigrants sont la cause principale des pressions sur le marché du logement et de l’augmentation des prix de l’immobilier. » Il a tout à fait raison s’il veut dire que c’est son propre gouvernement, et non les immigrés, qui est à blâmer. Mais bien sûr, ce n’est pas ce qu’il veut dire. Son gouvernement refuse d’assumer la responsabilité de la crise qu’il est en train de créer et se contente de prôner davantage d’immigration pour résoudre le problème que l’immigration a elle-même créé.

Selon M. Miller, « Il est certain que de doubler ou tripler la valeur des biens immobiliers ou l’augmentation du coût d’achat d’un logement n’a pas grand-chose à voir avec l’immigration. » Il semble que seul un imbécile puisse penser que l’augmentation rapide et inexorable de la demande d’un produit dont l’offre ne peut augmenter que beaucoup plus lentement ait un impact sur le coût de ce produit. Et apparemment, certains de ces imbéciles sont des économistes de premier plan qui s’inquiètent des niveaux d’immigration. On se demande où Marc Miller a suivi le cours d’économie 101.

Photo by Unsplash with Getty Images
 

M. Miller poursuit: « Si les gens veulent des soins dentaires, des soins de santé et des logements abordables, la meilleure façon d’y parvenir est de faire venir cette main-d’œuvre qualifiée dans notre pays. » Mais n’est-ce pas justement ce que nous faisons depuis 33 ans, depuis que le gouvernement du premier ministre Brian Mulroney a augmenté les objectifs d’immigration à 250 000 en 1990? Comment se fait-il que 33 années d’immigration de masse n’aient pas permis d’atténuer les pénuries de main-d’œuvre qui continuent de menacer l’économie canadienne? Apparemment, nous avons besoin de l’immigration de masse pour faire venir une main-d’œuvre qualifiée afin de construire des maisons et de résoudre la crise du logement que l’immigration de masse a créée. Vous comprenez ?

M. Miller reproche implicitement aux Canadiens de ne plus soutenir les niveaux élevés d’immigration. « À chaque vague d’immigration que le Canada a connue, une partie de la population a reproché aux immigrants de prendre les maisons, les emplois, etc. Ce sont des gens qui n’ont pas nécessairement à cœur l’intérêt des immigrés et nous devons dénoncer cela quand nous le voyons et nous n’hésiterons pas à le faire. »

Nier la réalité ne la fait pas disparaître

Vous leur reprochez d’être confrontés à la réalité, M. Miller? Selon une déclaration très récente de Statistique Canada, le nombre record de 39 000 emplois ajoutés à l’économie canadienne en août n’était que la moitié de ce qui aurait été nécessaire pour suivre l’évolution d’une population qui a augmenté de 103 000 nouveaux arrivants au cours de ce mois. En fait, malgré tous ces nouveaux emplois, le pourcentage d’adultes en âge de travailler a diminué de 0,1%.

C’est ici que nous vous interpellons, M. Miller. Quelle que soit la motivation idéologique de votre gouvernement pour mettre en oeuvre des politiques d’immigration de masse qui nuisent aux travailleurs canadiens, dévorent les terres agricoles et déciment à la fois l’environnement naturel et les espaces verts urbains, votre premier devoir, en tant que ministre du gouvernement du Canada, n’est pas envers les personnes qui voudraient venir au Canada. Il s’agit des personnes qui sont déjà ici. Ils s’appellent des Canadiens. Et le fait que vos politiques d’immigration de masse aient un impact négatif sur leur capacité à trouver un logement abordable, à trouver un emploi leur assurant un revenu décent, et sur leur qualité de vie en général, est quelque chose qui les préoccupe à juste titre et qui devrait vous préoccuper beaucoup plus que ce n’est apparemment le cas. Même si vous essayez d’insister qu’il n’y a pas de lien entre un nombre de plus en plus important de points, les Canadiens commencent à faire ces liens. Cela pourrait être de mauvais augure pour votre gouvernement.

Photo by Nathaniel Bowman on Unsplash
Madeline Weld, Ph.D.
Présidente, Institut canadien de la population
Tél.: (613) 833-3668
Courriel: mail@populationinstitutecanada.ca
www.populationinstitutecanada.ca
Vous pouvez contribuer à la sensibilisation aux impacts environnementaux de la croissance démographique au Canada et dans le monde en partageant nos articles. Merci de votre soutien!
Devenir membre de l’ICP, faire un don ou un legs.