Plus de la moitié des espèces d’arbres pourraient être appelées à disparaître

Photo par Casey Horner sur Unsplash

Cher adepte de l’ICP,

Une nouvelle évaluation approfondie de l’état de conservation de tous les arbres montre que 30 à 60 % des espèces sont menacées d’extinction, principalement en raison de la destruction des habitats pour l’agriculture.

Le rapport sur la situation des arbres dans le monde compile les risques d’extinction des 58 497 espèces d’arbres connues. Parmi celles-ci,

  • au moins 142 espèces ont déjà été déclarées éteintes à l’état sauvage,
  • près d’un tiers des espèces ont été classées comme vulnérables, en danger ou en danger critique d’extinction sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN),
  • 30 % supplémentaires sont probablement menacées, mais les données disponibles sont insuffisantes pour une classification définitive.

La superficie forestière mondiale a diminué d’environ 40 % et 29 pays ont perdu plus de 90 % de leur couverture forestière d’origine au cours des 300 dernières années, principalement en raison du défrichement des forêts pour l’agriculture, qui est la principale menace pour près de la moitié des espèces – ce qui n’est pas surprenant si l’on considère que la moitié des terres habitables sont déjà utilisées pour l’agriculture, dont 77 % pour l’élevage.

La conversion des habitats naturels en terres agricoles pour répondre à l’augmentation de la population et à la surconsommation de produits d’origine animale est le principal facteur de perte de biodiversité dans le monde. C’est pourquoi un nombre croissant de rapports scientifiques appellent à un « changement transformateur » de nos systèmes alimentaires.

Les autres principales menaces pesant sur les espèces d’arbres sont l’exploitation directe pour le bois (exploitation forestière), suivie par le développement des infrastructures humaines, les feux de forêt, la production d’énergie et l’exploitation minière, la conversion des forêts en plantations de pâte à papier, les espèces envahissantes et les effets du changement climatique (hors incendies).

Le rapport souligne les services écosystémiques vitaux fournis par les arbres : la moitié des stocks de carbone terrestre de la planète est enfermée dans les forêts, et plus des trois quarts de l’eau douce accessible dans le monde provient de bassins versants forestiers. En outre, les forêts sont essentielles à la biodiversité, puisqu’elles abritent plus des trois quarts des espèces terrestres de la planète.

Les auteurs appellent à une action urgente pour inverser le déclin des arbres du monde, recommandant l’inclusion de mesures efficaces de conservation des arbres dans le nouveau cadre mondial pour la biodiversité, ainsi que dans les prochains plans climatiques. Ils soulignent qu’à l’heure actuelle, seuls 15% de la superficie totale des terres bénéficient d’un statut de protection officiel, ce qui doit être considérablement augmenté pour préserver les forêts restantes.

Malheureusement, le rapport ne reconnaît pas la nécessité de mettre un terme à la croissance de la population humaine par la promotion de solutions positives et autonomisantes, telles que la fourniture d’un accès sûr aux services de planification familiale à ceux qui souhaitent les utiliser et la garantie que les filles puissent rester à l’école. C’est pour le moins décourageant quand on sait que si nous continuons sur notre trajectoire actuelle de croissance vers 11 milliards d’habitants d’ici la fin du siècle, il sera de plus en plus difficile de réduire les menaces qui pèsent sur les arbres et de mettre en place des zones protégées.

Que pouvez-vous faire, en tant que sympathisant de l’ICP et citoyen du monde concerné, pour lutter contre la surpopulation?

L’organisation sœur britannique de l’ICP, Population Matters, demande aux gouvernements d’inclure la question de la population dans le cadre de la biodiversité post-2020 de l’ONU; elle demande également aux dirigeants de la prochaine conférence des Nations unies sur le changement climatique, COP26, d’autonomiser les femmes et les filles par le biais de l’education et de la santé reproductive comme solution à la question de la population. Veuillez signer ces pétitions en utilisant les liens ci-dessus pour faire entendre votre voix!

Veuillez également envisager de transmettre ce courriel à vos représentants locaux, provinciaux et fédéraux afin qu’ils sachent que vous êtes préoccupés par l’impact de la croissance démographique humaine. Il est essentiel de continuer à sensibiliser nos communautés et de s’exprimer pour que nos dirigeants politiques comprennent que les circonstances actuelles exigent une économie centrée sur la décroissance, comme notre planète le démontre si clairement de multiples façons.

Nous, à l’ICP, vous remercions de continuer à soutenir notre cause, qui nous permet d’effectuer le travail que nous faisons!

Impliquez vous
Cordialement,

Madeline Weld, Ph.D.

Présidente, Institut canadien de la population
Tél.: (613) 833-3668
Courriel: mail@populationinstitutecanada.ca
www.populationinstitutecanada.ca